Montessori, certaines mères et moi

Cet article va peut-être me valoir un lynchage ou des insultes ou je ne sais pas, quelque chose qui me fera un peu mal… Mais puisque je suis ici chez moi…

Elever un enfant, c’est un travail de tous les jours, avec des hauts et des bas et surtout sur le très très long terme. C’est lui enseigner des valeurs,  lui permettre de s’ouvrir au monde, de développer ses qualités, rendre ses défauts plus légers. On élève un enfant pour lui, pas pour soi, pas pour en faire un singe savant.

Honnêtement la méthode Montessori, j’en ai entendu parler sur la blogosphère et ce après la naissance de Little Prince. Je ne m’étais pas penchée sur les livres de grossesse, ni sur ceux de comment élever son enfant, alors Montessori…

Nan moi j’observe, j’observe telle une voyeuse des parents (que je connais hein)  qui ont un peu les mêmes quelques principes que moi (pas trop de principes non plus, car les principes ca rend vieux). Que personne me dise que JAMAIS il n’a pensé en regardant des parents « ah non moi je ferai jamais ça avec mon enfant » ou « ah oui je pourrai faire ça aussi avec le mien », faut pas se foutre de moi. Alors quand j’ai lu 4545465 fois que c’était très Montessori la méthode d’une amie avec son fils, me suis dit qu’il fallait ptêt que je me renseigne.

J’ai googlisé et trouvé plein d’informations (si tu es passé(e) à coté de Maria Montessori et sa pédagogie, ben fais de même). J’ai assez bien compris les périodes dites « sensibles » dans l’évolution des enfants, le fait de leur faciliter le passage à l’autonomie etc. J’ai même acheté un livre avec des activités dans le dedans pour pratiquer avec Little Prince. Et là sur les 70% de ce que j’ai lu ben je me suis rendue compte que c’était ce que je faisais déjà avec lui. Parce que pour moi c’était juste logique de lui proposer ce genre d’activités à son age ou de lui enseigner à faire seul telle ou telle action. Je me suis donc arrêtée là dans mes investigations Montessoriennes.

La pédagogie Montessori c’est bien, je suis d’accord sur le concept !  Mais par pitié arrêtez juste de la coller partout dès qu’on applique avec son enfant quelque chose. Lui faire découvrir les gommettes, la pâte à modeler, lui bricoler une boite à bruit avec deux pots de yaourts, lui apprendre à se laver les mains, à utiliser un chiffon, ce n’est pas que Montessori.

Et surtout et c’est ce qui m’a fait écrire cet article au final, c’est qu’on ne peut pas prôner ces fameux principes d’autonomie en laissant son bébé dormir sur un matelas, hors lit à barreau alors que 3 ans plus tard on continue à lui donner le sein pour qu’il puisse s’endormir. Nan ?

Publicités

~ Brownie chocolat framboises ~

Après avoir fait un peu baver quelques personnes sur Instagram et même si ce blog (que je délaisse lâchement et honteusement) n’a aucune vocation culinaire, j’ai décidé de poster une petite recette.

Parce que c’est vendredi et au bureau chaque vendredi l’un de nous ramène quelque chose de yummy. Cette semaine c’était moi. Comme j’aime bien être dans le thème de la saison, du calendrier, moi qui ne suis pas très chocolat pourtant me suis dit : St Valentin = chocolat et framboises. Je me suis souvenue de cette recette de brownie que j’avais trouvé je ne sais plus où. Comme j’ai un terrible manque de temps en général et encore plus les soirs de semaine, les puristes trouveront peut être à redire sur la méthode de préparation, mais au final tout le monde a aimé.

Je m’excuse d’ores et déjà pour la qualité des photos.

Brownie pour 6/8 personnes (à noter que j’ai doublé les quantités dans mon cas).

200g de chocolat noir pâtissier

125g de beurre

3 oeufs

180g de sucre

100g de farine

150g de framboises fraîches ou surgelées selon la saison, la flemme etc

Faire fondre le chocolat et le beurre soit au bain marie, soit au micro ondes dans un récipient adapté, je vous laisse deviner ce que j’ai choisi. Laissez tiédir.

Si vous avez envie de vous muscler, optez pour un fouet manuel, sinon, au fouet électrique ou au robot, mélanger les œufs et le sucre pour obtenir une préparation mousseuse.

Y incorporer le mélange beurre/chocolat puis la farine. J’aurais tendance à vous dire de ne pas arrêter de mélanger entre les deux phases, mais c’est surtout pour éviter d’avoir à appuyer sur « OFF ».

Préchauffez votre four, si vous ne l’oubliez pas. 200° c’est pas trop mal.

Le choix du moule : silicone, pyrex, anti-adhésif, je ne suis pas dans votre cuisine, je ne connais pas votre matos, mais vous si J’ai tenté le pyrex richement beurré, présenter en un bloc le brownie c’est un peu mort car on peut pas le démouler correctement, mais pour faire déjà des parts individuelles je dis oui. Sinon il reste le papier cuisson !

Du coup mon pyrex de 5kg et moi on est venus ensemble au bureau.

Mettez la préparation dans votre moule puis y insérer les petites framboises.

Hop au four. Oui mais plus votre brownie sera épais plus il faudra du temps de cuisson. Si vous piquez dedans avec un couteau et qu’il ne ressort pas propre au bout de 15mins, baissez la température pour pas qu’il bronze de trop et continuez de le cuire.

IMG_20150205_212355

Un brownie réussi a la croûte qui craquelle comme un sol aride.

Laissez refroidir et démoulez ou pas.

IMG_20150206_125426

J’ai décoré le mien avec du chocolat blanc que j’ai fait fondre et du coulis de framboises fait maison.

IMG_20150206_213153

L’assiette en plastique fait tellement classe.

Voilà pour ma première recette gourmande.

Et Bonne Année !

L’usage veut qu’on ai tout le mois de janvier pour faire ses vœux. Je ne suis donc pas en retard.

Je vous souhaite donc à toutes et tous une excellente année 2015.

Qu’elle vous apporte la santé, l’amour, l’argent, l’inspiration. Qu’elle soit productive, riche en expériences, faite de petits bonheurs. Que vous puissiez mener à bien vos résolutions si vous en avez prises.

Pour ma part, même si 2015 a commencé un peu speed, je vais tacher de vous écrire régulièrement. Je vous parlerai aussi très bientôt d’un projet qui me tient à cœur et que j’espère être LE projet pour mon année.

J’ai aussi décidé de relativiser et de tenter de brider ma nature anxieuse, d’arrêter de me prendre la tête et de m’ouvrir les yeux sur les petits bonheurs de ma vie. C’est d’ailleurs pour cela que si vous me suivez sur mon Instagram, vous avez pu remarquer que j’immortalise chaque jour un petit bonheur, une petite joie, un petit coté positif de ma petite vie.

Les récents événements si tragiques et l’espoir né dimanche dernier me complaisent dans cette entreprise. Je ne parle pas volontairement de tout cela, tant l’ont bien mieux fait que moi. Je n’oublie pas pour autant.

A très vite

Et j’ai versé une petite larme

Devenir maman m’a rendue beaucoup plus émotive. Je me cache le plus souvent derrière la part de sang allemand qui coule dans mes veines pour paraitre plutôt froide et faire croire que peu de choses me touchent. Ca m’évite ainsi entre autre d’étouffer mon fils de bisous et de câlins quand je le laisse chez sa nounou le matin.

Pourtant, j’en ai refoulé des larmes depuis maintenant plus d’un an. Entre les moments où j’avais peur de mal faire (paies ton baby blues), ceux où je m’extasiais devant ma crevette devenue homard et les autres où je me disais que ca filait beaucoup trop vite.

Alors pour le premier anniversaire de Little Prince, je me voyais déjà en pleine dépression. Le cap des 1 an avec toutes les transformations que peut avoir un bébé en 365 jours. En plus, je préparais son baptême pour le lendemain du birthday. Pourquoi ne pas se stresser encore un peu plus ?

La veille de son anniversaire, il a fait ses 3 premiers pas, c’est Damned Dad qui y a eu droit, je n’étais pas dans la pièce. Comme il ne veut pas faire de jaloux il a fait de même avec moi. Je n’ai pas vraiment réalisé en fait. Depuis le temps qu’on nous disait qu’il n’allait pas tarder à se servir de ses deux jambes uniquement. Je m’étais dit que de toute façon ca viendrait bien un jour.

Obnubilée par sa double fête, j’ai laissé passer le week end, fière à chaque fois qu’il se lachait.

Et puis le lundi suivant il était chez sa nounou, après une semaine de « vacances » pour toute la Damned Family.

Le soir quand elle est venue m’ouvrir la porte, il marchait à côté d’elle, une main dans la sienne. Et là j’ai versé ma petite larme de voir mon bébé sur la voie de l’autonomie, mélange de tous les sentiments que peuvent ressentir une maman quand elle voit que sa plus belle réalisation l’est encore plus que ce qu’elle l’imaginait.

Il y a un an Erwin est né, minuscule lutin de 45cms,  qui semblait tellement fragile et si dépendant de nous, qui ne pleurait presque jamais et passait son temps à observer tout ce qui était à sa portée.

Aujourd’hui son altesse du haut de ses 77cms a déjà 8 dents, qu’il passe son temps à montrer quand il sourit et prend la pause pour les photos. Il a son petit caractère, mais ses tests des limites de ses géniteurs le font bouder 3 à 5 secondes pas plus.

Le temps qu’il lui faut aussi pour se remettre d’une chute de cascadeur, parce que tenir 20 secondes debout et faire quelques pas ne lui suffisent pas. Il aime l’aventure et escalader tout ce qu’il trouve.

On l’inscrira à des concours de danse plus tard aussi, vu comment il remue du popotin sur tout et n’importe quel genre de musique. C’est bien la seule chose qui le fait lacher ses occupations et tourner la tête vers la télé.

Tata de 14 neveux et nièces, j’en ai vu grandir des petits morveux, j’ai pu les cotoyer à tous les ages, mais rien n’est plus vrai que de réaliser l’évolution d’un enfant en regardant sa propre progéniture s’éveiller et se développer.

C’est vraiment magique d’être maman.

Mon blog s’est arrêté, je tente de le redémarrer.

Voilà, nous sommes le 6 novembre cela fait bientôt 5 mois que je n’ai pas posté. J’aurais eu tant de choses à écrire, mais finalement j’ai préféré simplement les vivre ou y survivre, c’est selon.

Dans mon tout dernier article, je disais que j’allais me faire opérer. C’est chose faite et je suis donc encore là pour en parler. Mais rester une semaine couchée, avec des tuyaux, ne pas pouvoir prendre mon Little Prince dans les bras, le voir que de loin sans lui faire de câlins ça a été difficile. Rentrer l’a été encore plus. Il n’avait d’yeux que pour son papa qui s’en était occupé tout ce temps H24. Maman ne comptait plus trop. Ca a été dur, j’en ai beaucoup souffert tout en essayant d’en vouloir à personne. Et puis finalement c’est passé.

Nous avons enchaîné sur une série de travaux à la maison : pose d’enrobé et de pavés devant la maison, pose d’un velux, modification dans la salle de bains, changement de cuisine, création de pièces dont une salle de jeux au sous-sol… Oui tout ça ! J’ai beau ne pas avoir fait grand chose, si ce n’est avoir les idées (et payer), ça m’a bien fatigué.

Et notre semaine de vacances passée dans le Sud en plein milieu n’a pas aidé puisqu’on a beaucoup bougé et je pensais pas mal à ce qui nous attendait au retour. Mais c’était les premières vacances avec mon Baby Boy qui adore la mer.

 

Comme l’année n’est pas encore terminée même si on s’en approche (merci les catalogues de jouets, heureusement je vais très peu dans les magasins ces derniers temps, je pense que Noël commence à s’afficher) et que j’aime vivre sous pression, le 15 novembre nous allons faire le baptême et fêter le 1er anniversaire de notre progéniture. En ce moment je suis en train de tout organiser, de faire la décoration etc tout en pensant déjà au 40 ans de Damned Dad qui se profilent en février 2015 et à sa fête à lui.

Donc j’ai été un peu éloignée d’ici et des blogs que j’aime lire. Heureusement, certaines sont présentes sur Instagram où moi aussi j’ai été productive.

Mais tout cela m’a permis de profiter et de voir grandir mon Little Prince. Parce que bon faut aussi en parler un peu, c’est le thème non ?

J’ai pu le voir apprendre à escalader les nouveaux casseroliers et la première marche de l’escalier. Monsieur est très sportif et ne tient pas en place, les coins de tables l’apprécient, les animaux moins même si il est passé des câlins « je t’arrache les poils et je te plante mes 4 dents » à des câlins où « je te tiens par la peau et je t’écrase de tout mon poids ». C’est devenu une piplette, mais ce que je préfère c’est quand on lui dit « dis papa » et qu’il répond « maman » ou « mamam », ça dépend si il a faim ou pas.

Voilà, I’m back. Je tacherai de poster un peu et certainement un nouvel axe DIY et autres décos.

 

Mon corps, ce traitre

Mon corps et moi on vit en colocation depuis toujours. Parfois on se tolère, parfois on a envie de foutre l’autre dehors tellement on ne se supporte pas. Il n’a jamais été celui que je rêvais qu’il soit. Je n’ai jamais eu la volonté qu’il espérait.

Il y a 7 ans, j’ai trouvé une aide à notre petit problème d’obésité morbide : la pose d’un anneau gastrique. Pour moi il s’agissait du précieux graal me donnant accès à une vie sans avoir peur de développer les effets secondaires de cette fameuse obésité. Laissez moi énumérer : diabète, hypertension, problèmes cardio-vasculaires, cholestérol, je dois en oublier.

L’arrivée de ce 3ème colocataire s’est plutôt bien passé… Les deux premiers mois… Puis il y a eu quelques conflits entre mon corps et lui. Finalement, on a réussi à partager quelques années. 60 kgs de perdus ce n’est pas rien. Et mon corps et moi on s’appréciait beaucoup plus.

Et puis il y a eu ce miracle, je suis tombée enceinte. Mon corps n’a pas trop apprécié. L’hypertension, ce contre quoi j’avais décidé de lutter, m’avait rattrapé. Mon corps n’a pas beaucoup aidé Little Prince. Mais Little Prince est un warrior, il est là et en plus que bonne santé aujourd’hui.

Alors mon corps a décidé de s’en prendre à mon anneau. A la fin de la grossesse ou juste après l’accouchement, il y a eu ce qu’on appelle une « migration de l’anneau dans l’estomac ». En gros suite à une infection l’anneau a été absorbé par l’estomac. Au lieu d’être autour, il est à l’intérieur de celui-ci aujourd’hui. Peut être est ce que j’avais compris qu’il y avait un problème, ou bien le fait que je ne perde aucun kg m’avait mis la puce à l’oreille.

Et bien le 24/06, notre 3ème locataire déménage. Cet anneau qui a fait partie de moi 7 ans va m’être ôté. Je le vis assez mal pour plusieurs raisons. Une opération ce n’est pas rien, j’ai été loin de paniquer pour ma césarienne, à la clé il y avait Little Prince. Mais là, il n’y aura rien. Je serai endormie, on va m’inciser l’estomac. Je serai hospitalisée pour une durée dépendant de la capacité à cicatriser de mon estomac. Et tout ça loin de mon Baby Boy. Ok je le verrai surement tous les jours, mais ça ne sera pas pareil. Toutes les peurs liées au fait de ne pas se réveiller ou d’avoir des complications me tenaillent. Ce n’était pas comme cela avant, peut être est ce que c’est aussi cela être maman.

Cette crainte aussi de reprendre tous les kg perdus, le principe de l’anneau c’est quand même de réduire le bol alimentaire. J’ai beau avoir pris de bonnes habitudes, il n’y aura plus ce garde fou.

Mon corps et moi on est donc en plein clash. Je ne le supporte plus vraiment et j’ai parfois peur que cela empire d’ici quelques semaines. Je vis cela comme un échec sur moi même. Cet échec qui influence mon humeur, ma vision de moi même et mes peurs.

 

Shopping pour Little Prince #3 : Mai 2014

J’ai cherché ce mois de mai des leggings et sarouels pour Mr Prince. Difficile à trouver version garçon ou mixte.

J’ai donc commandé sur ebay ceux ci en lainage :

image

Ils sont sympas mais je suis déception car les images ne sont pas cadrées au niveau du cucul il en manque donc un bout pour que ca fasse vraiment joli.

J’ai aussi shoppé celui là plus fin, dommage qu’il n’en existe pas en beaucoup de versions :

image

Chez Orchestra j’ai trouvé ces t-shirt

image

 

Et cet ensemble trop chou :

image

 

Les pyjamas très fins ne sont pas légion dans les boutiques. Damned Dad a trouvé celui ci chez Obaïbi et j’ai pris ces 6 paires de soquettes trop mignonnes

image

 

Enfin à La Redoute, deux petites barboteuses pour les jours de chaleur.

image

C’est bien beau de montrer tous ces achats mais ca manque de Little Prince, j’ai donc décidé de présenter de temps en temps ses tenues portées par lui même.

 

 

Damned Mom teste : Funky Giraffe

Pour celles et ceux qui me suivent sur Instagram vous avez probablement du voir que je suis une inconditionnelle des bandanas bavoirs Funky Giraffe. La blogosphère regorge d’articles sur ceux – ci, le produit phare de la marque.

image

Si vous trouvez un abus d’étoiles dans ma petite collection c’est normal.
Les bavoirs sont en coton et doublés,  entre les régurgitations et la bave des poussées dentaires c’est quand même plus mignon à porter par Little Prince que des bavoirs avec des tâches indéterminées qu’on arrive plus à ôter. Little Prince est un prince,  son look doit aller avec son statut.

image

Lorsqu’on m’a contacté pour tester la marque, c’était un peu prêcher une convaincue.   J’ai donc jeté mon dévolu sur deux autres produits que je ne connaissais pas encore : les bodys et les bavoirs XXL.

Le body c’est la base de la garde robe de nos rejetons.  Été comme hiver il nous en faut. Je ne peux dire qu’une chose à Funky Giraffe : développez votre collection de bodys. Niveau qualité ils sont parfaits. En tant que parents on en teste de toutes marques. Enfin des couleurs vives et qui tiennent au lavage ! Je regrette juste que la collection soit si restreinte (surtout mettez des étoiles :p).

image

Le bavoir XXL c’est pour les grands enfants.  Du coup Little Prince peut s’en servir de cape en attendant d’être assez grand. Ou les prêter à Avalone…

image

Oui on peut assortir un chien et son petit maître. Enfin, moi je peux :p.

Allez jeter un oeil sur leur site. Moi qui cherche toujours des produits originaux pour mon Baby Boy,  il y a de quoi se faire plaisir. Il y en a pour tous les goûts,  j’espère y voir fleurir dans un futur proche d’autres produits comme des sarouels,  des leggings et des t-shirt aussi funky que le reste.

Merci Seth et merci Funky Giraffe 😉

Little Prince Room

Enfin j’arrive à terminer cet article ! Cela fait un certain temps qu’on m’avait demandé des photos de la chambre de mon Little Prince. Voici voilà une petite visite guidée de sa chambre de bébé ;).

 

 

image

image

Des couleurs très garçon (pas taper) : bleu foncé, gris et blanc. Le thème « Etoiles et nuages » pour un côté féerique version petit gars.

 

image

J’ai osé une peinture foncée sur un mur et le plafond. La lune a été faite en bois par mon frangin sur la base d’un motif de tapis que j’avais trouvé sur Pinterest. J’ai peind le tout et bricolé les petites étoiles avec mes restes de laine.

 

image

J’ai débuté une collection de dragons. Difficile d’en trouver d’ailleurs, si vous avez des adresses ;). Rideaux des rangements, coussin du fauteuil, nid d’ange, pompons au mur et petites étoiles en tissus ainsi que les petits coussins nuages  parsemés un peu partout ont été faits par moi.

 

image

Le coin soin.

 

image

En Alsacie, les maisons sont très souvent mansardées, on perd des m2 habitables, mais par contre on peut s’en servir pour y faire des rangements.

 

image

Les stickers d’un peu plus près.

 

image

Le rideau que j’aime d’amour, pile à la bonne couleur. Et le plafond avec des stickers phosphorescents.

 

Chambre : Bébé 9.

Tapis Etoile bleu et Nuage gris : Alinéa.

Coussins Etoile : Alinéa

Rideau : Verbaudet

Fauteuil : Alinéa

Abat-Jour Nuages : Verbaudet

Stickers : Scrapmalin

Boites Etoiles : Maisons du Monde

Lampe à poser « touch on » : Alinéa

Tour de Lit : U Tout Petits

Gigoteuse : 3 Suisses

Etagères : Leroy Merlin

Veilleuses : Tortue Cloud B et Etoile Pabobo.

Mobile : Baby Walz